Etape 4 : ameublement et finitions du fourgon

Ameublement
Temps de lecture estimé : 6 minutes

Après avoir réalisé l’isolation et l’habillage du Zbab (notre van), nous présentons ici les dernières étapes, à savoir l’ameublement et finitions du fourgon. A la fin, vous retrouverez les photos du van complètement transformé en maison roulante !

 

C’est sans doute l’étape que nous avons trouvé plus agréable. En effet, avec des murs droits, il est plus facile de travailler et quand on attaque le mobilier, on commence à se rendre compte du rendu final !

Quel agencement ?

En cherchant sur Internet, vous verrez qu’on peut agencer de plusieurs façons l’intérieur d’un fourgon. Cependant, pour les petits espaces comme notre Trafic L2H1, on retrouve souvent les mêmes deux ou trois types d’aménagement. Nous en avons repris un que nous avons un peu modulé selon nos envies.

 

Concernant la nouvelle réglementation sur le contrôle technique, nous avons fait le choix de ne pas homologuer le van. Il n’y a ni chauffage, ni installation d’eau ou de gaz “en dur”. Et nous avons fait en sorte de pouvoir retirer tous les meubles du véhicule.

Fabrication des meubles

La première chose à faire est de revoir et mettre à jour ses plans avec les mesures exactes maintenant que les parois et le sol sont posés.

L’espace lit / table

Nous mesurons tous les deux 1m70. Et dans l’aménagement d’un fourgon, c’est une chance de ne pas être très grand . Le lit a donc des dimensions de 180 cm en longueur et 156 cm (qui est la largeur du véhicule après isolation). Il y aura à l’arrière de la cellule une banquette en “U” avec des coffres de rangements au-dessous et une table au centre qui peut se relever grâce a un tréteau en croix (30 € chez Leroy Merlin).
Pour soutenir le tout, nous avons d’abord réalisé une ossature en tasseaux de 34×34 mm.
Petite astuce : l’ossature est divisée en trois parties, ce qui permet de la retirer si besoin.

 

Sur l’ossature, nous avons placé des plaques de contreplaqué (CP) de 15 mm d’épaisseur maintenues avec des charnières invisibles à ressort. Elles permettent d’ouvrir les coffres par-dessus.
Petite astuce : nous avons fait des trous à la scie cloche dans les plaques de CP. Ceci pour une meilleure aération des mousses, pour faire office de poignées et pour gagner un peu de poids (c’est toujours ça).

 

Les parties basses ont été recouvertes avec du CP de 10 mm.

 

Pour compléter le lit, nous avons acheté une mousse Haute Résilience (HR) 38 kg/m² de 10 cm d’épaisseur (140 € chez H2R Equipements). Nous l’avons ensuite découpée en plusieurs morceaux (assises et dossiers une fois la table relevée).

 

Les mousses ont enfin été recouvertes avec une sous-housse faite avec un vieux drap et une housse en tissu d’ameublement (72 € chez Mondial Tissus) fermée par des bandes de scratch pour pouvoir les laver facilement.

 

L’espace cuisine

Le principe de fabrication est le même que pour le meuble lit : une ossature en tasseaux de 32×32 mm, un plan de travail en CP de 15 mm et des cloisons de 10 mm d’épaisseur.
De plus, nous avons ajouté un tiroir (pour la vaisselle) et des étagères sur une crémaillère pour moduler la hauteur si besoin.Meuble cuisine

 

La fixation des meubles au sol

Pour garder un mobilier démontable, mais malgré tout fixé au sol, nous avons utilisé des écrous à visser. Ils sont placés dans le sol, face aux angles des meubles auxquels une équerre plate a été positionnée pour maintenir les deux morceaux (voir photo).
Système de fixation au sol des meubles

Application des peintures et vernis

Une fois les meubles montés, nous nous sommes lancés dans le rallye peinture . C’est une étape assez longue car il faut passer plusieurs couches et respecter les temps de séchage.

 

Tout y est passé :

  • les parois, le plafond et les portes latérale arrières avec une super peinture solide (108 € chez Seigneurie Gauthier). On a choisi une couleur gris très clair (on dirait plutôt un blanc cassé au final mais c’est très bien),
  • les coffres de lit en gris clair aussi (essentiellement pour protéger le bois),
  • la table en gris foncé,
  • le meuble cuisine en bicolore gris clair et gris foncé.

Petite astuce : pour protéger la table et le plan de travail cuisine, nous avons rajouté trois couches de vernis incolore.

 

Pose du sol vinyle

Pour recouvrir le sol, nous avons opté pour du vinyle pour sa facilité d’entretien et son joli rendu (54 € chez Castorama). On a longtemps cherché des chutes qui pouvaient nous plaire, sans succès.
Après découpe aux dimensions, nous avons placé du scotch double face et collé sur le sol propre et dépoussiéré. C’est tout beau !

Pose du vinyle au sol

 

Installations : électricité, eau et gaz

Une fois les meubles terminés, il ne manque plus qu’à équiper le Zbab pour le rendre opérationnel !

L’électricité

Nous avons raccordé la batterie auxiliaire et tous les équipements électriques avec les fils passés dans les gaines auparavant. De plus, on a aussi installé des rubans LED autour du plafond (blanc naturel 4 000 K – 14 € les 5 mètres chez Amazon).

Rubans led 4000K

On est assez fan de ce système d’éclairage car il permet d’avoir une lumière homogène, de couleur agréable (pas jaune ni bleue) et évite les ombres.
Pour plus de détails sur notre système électrique, rendez-vous dans l’article dédié à l’électricité dans notre van.

L’eau côté cuisine

Nous avons installé un évier avec robinet dans le meuble cuisine. C’est un confort surtout en cas de mauvais temps prolongé pour cuisiner ou faire la vaisselle par exemple.

 

Pour la cuve, nous avons détourné une grande gamelle pour chien en inox (diamètre 35 cm ; profondeur 12 cm – 15 € chez Amazon), découpée à la scie sauteuse dans le fond pour y poser une bonde.

Evier avec robinet contacteur et jerricans eau sale et propre

En complément, un robinet 12V avec contacteur et une pompe immergée 12V permettent de faire remonter l’eau depuis un jerrican d’eau propre de 19 litres. L’eau sale est évacuée dans un jerrican de 15 litres. Certainement trop grand puisque après usage, une contenance égale à la moitié du réservoir d’eau propre aurait suffit. En effet, l’eau propre utilisée pour la boisson et la cuisson n’arrive jamais dans le jerrican d’eau sale.

L’eau côté douche

A l’arrière du van, nous avons créé un système avec une armature de tente igloo pour accrocher deux rideaux de douche. L’un pour être caché et l’autre pour protéger les portes arrières (voir photos). Dans les coffres sous le lit, nous avons placé un autre réservoir d’eau pour la douche et un chauffe-eau instantané au gaz (acheté à l’ancien propriétaire du fourgon). C’est notre luxe à nous . Et croyez-nous, une douche chaude quand il fait 8 degrés avec du vent en Norvège, c’est très appréciable !
Le chauffe-eau est relié à une prise électrique 12V et à une petite bouteille de gaz. Enfin, une pompe 12V et un pommeau (avec stop-douche) complètent l’installation.

 

Malgré tout, une fois “sur le terrain”, on s’est rendu compte qu’il était plus simple de trouver un endroit isolé. En effet, rien à installer, il suffit juste de tirer le tuyau de douche dehors ! Et surtout quel plaisir de se laver avec vue sur des montagnes par exemple, et à poil en plus

 

Petite astuce : séparez le réservoir d’eau pour la douche de celui pour la cuisine/boisson. Cela évite de mélanger l’eau pour boire de celle pour se laver qui n’a pas besoin d’être potable. D’expérience (en Europe au moins), on trouve assez facilement de l’eau potable gratuitement (cimetière, station service, stade, etc.). Dans le cas contraire, cela permet de remplir le jerrican de cuisine avec de l’eau achetée et celui pour la douche avec de l’eau d’une rivière claire par exemple (ça nous est arrivé dans les pays baltes).

Le gaz

Dans notre cas, rien de bien compliqué : nous avons récupéré un réchaud deux feux dont on a remplacé le tuyau de gaz. Nos parents ne l’avaient pas utilisé depuis… 1990, il était temps

 

Il est alimenté par une petite bouteille de gaz butane de 6 kg de son petit nom : Malice (44 € les trois bouteilles + détendeurs + livraison à domicile chez Gazissimo). Surtout, sa petite taille est facile à transporter pour cuisiner dehors.

Finitions et déco

Pour finir de rendre notre van (encore plus) accueillant, nous avons découpé et cousu des rideaux (à partir de nos anciens rideaux récupérés). Ils seront placés sur des rails coulissants au dessus de la fenêtre et derrière les sièges avant.
Des petits pots à épices, une panière ronde en métal pour les ustensiles de cuisine et un miroir donnent la touche finale.

 

En conclusion, après plus de trois mois de travaux, voici donc notre Renault Trafic utilitaire transformé en van aménagé !

 

C’est avec plaisir que nous avons partagé cette aventure de l’aménagement d’un fourgon en van .
On espère que toutes ces infos pourront vous aider ou au moins vous donner des idées. Bien-sûr, s’il vous manque une info ou que vous avez envie d’en savoir plus, contactez-nous !

 

Une fois le Zbab opérationnel, nous sommes vite partis sur la route pour profiter de cette nouvelle façon de vivre.
Vous pouvez d’ailleurs voir toutes les étapes et photos de notre road trip 2018 en Europe !

 

Si vous voulez continuer un peu de lecture, on raconte aussi quelques petits trucs et astuces sur la vie en van.

 

Et surtout n’oubliez pas : la vie est belle !

6 Replies to “Etape 4 : ameublement et finitions du fourgon

  1. Quel boulot!! Génial! Nous nous basons sur votre travail pour notre aménagement nous aussi. Et vos idées sont toutes très intéressantes!
    Par contre, impossible de trouver ces équerres à 3 faces,(pour la fixation des meubles au sol) si jamais vous avez un tuyau!

    Bravo encore!

  2. Je suis vraiment, vraiment très contente de vous avoir trouvés. Et admirative de vos travaux, un rendu net, propre, utile… En plus j’adore vous lire ! Cet article me fait poser une question : pourquoi avoir fait le choix de sacrifier de la largeur, en créant vos (très jolies !) niches, plutôt que de poser un meuble qui aurait permis plus de rangements ? Merci par avance

    1. Merci Mathilde, on fait au mieux en effet, content que ça te plaise
      Pour les niches, nous n’avons pas perdu en largeur, au contraire. La paroi est plaquée au max contre le côté du fourgon mais avec les renforts, il reste un espace vide qu’on aurait pu simplement laisser vide ou mettre plus d’isolation mais on a préféré utiliser ces creux pour du rangement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *